Le parcours extérieur

L’accès à l’extérieur est primordial pour la santé des poules. L’élevage exclusivement en intérieur est même une aberration quand on connait les besoins des poules.

1 – Prévoir un enclos assez grand

Les poules adorent aller dehors pour gratter la terre à la recherche de vers et d’insectes. En faisant ça, les poules détruisent rapidement la végétation car elles arrachent les racines des herbes. Si l’enclos n’est pas assez grand, elles se retrouveront rapidement sur la terre battue. Evidemment, les abords du poulailler seront rapidement « nettoyés ».

Poules plein air
On voit que le parc va jusqu’aux arbres au fond.

Les poules aiment manger l’herbe et tous les végétaux qu’elles pourront trouver. Pour que l’herbe ait le temps de repousser, il faut un enclos suffisamment grand pour que les poules n’aient pas le temps de tout manger.

« Oui, mais l’hiver l’herbe ne pousse pas ! » me direz-vous. Et vous avez raison. Il faut faire des compromis. Soit vous pouvez déplacer l’enclos pour que les poules aient toujours de l’herbe fraîche. Soit vous bloquer l’accès d’une partie du parc extérieur pour empêcher les poules d’y aller et laisser l’herbe repousser.
Personnellement, je déploie un grillage à moutons (grandes mailles carrées) qui est assez rigide pour tenir debout et je réduis le parc pendant un mois ou deux, puis je change et les poules ont accès dans l’autre partie du parc qui a repoussé pendant un mois ou deux. Tout dépend de la repousse de l’herbe et donc de la météo. Au printemps et en été, pas de souci, l’herbe pousse tout le temps. Enfin… en Normandie du moins.

N’ayez pas peur des « mauvaises herbes »

Les poules mangent TOUT, presque tout. Les orties et les chardons sont épargnés, tout le reste est dévoré ! Attention si vos poules s’échappent et vont faire un tour dans votre potager… 🙂

2 – Prévoir une clôture efficace

Un simple grillage torsadé de 1m50 de haut fera l’affaire, MAIS il faut le fixer au sol. Pourquoi ? Car le renard, principal prédateur des poules, creuse sous le grillage pour les atteindre. Pour le fixer au sol, j’ai simplement dérouler un grillage à maille hexagonale (aussi appelé grillage à poules)au pied du grillage et attacher les deux ensemble. Simple et efficace : en 4 ans je n’ai jamais eu de trou de renard sous le grillage. Vous pouvez aussi enterrer le grillage, mais je vous laisse imaginer la tranchée qu’il va falloir creuser tout autour de l’enclos. Voilà… vous voyez ? Bon courage 🙂

3 – Prévoir un « spa » 🙂

Elles ont aussi besoin de se rouler dans la poussière pour se débarrasser des parasites. J’insiste sur ce point. Quand les poules se poudrent, c’est comme si elles se nettoyaient. Elles ont absolument besoin d’un coin pour se rouler dans la terre sèche.
Idéalement, mettez une planche ou une tôle dans un coin du parc pour que la pluie ne mouille pas cette zone qui restera ainsi toujours sèche et permettra aux poules de se poudrer. J’appelle cette zone : le spa 🙂

Si vous choisissez d’acheter un poulailler comme on en trouve en animalerie. Vous devrez prévoir de le déplacer régulièrement (tous les 15 jours environ). Ce type de poulailler est très bien conçu et l’espace est suffisant à l’intérieur. Par contre, l’espace prévu pour l’extérieur est bien trop petit ! Les poules auront vite fait de désherber cet espace et n’auront plus du tout de verdure à se mettre sous la dent, euh.. enfin le bec. Quand je dis « vite fait » c’est 15 jours. En 15 jours, elles seront sur la terre battue. Prévoyez donc de le déplacer régulièrement ou de faire un parc extérieur plus grand.
Pour info, les normes bio prévoient 4m² par poule pour le parc extérieur. Je vous laisse faire le calcul 🙂

Partagez cet article

Laisser une réponse