Un été difficile

Le blog a été très calme cet été. J’ai pris un peu de repos malgré moi, comme je vais l’expliquer ensuite.

Tout allait bien, les poules pondaient, je ramassais les oeufs chaque jour, et je les livrais à mes différents clients. En juin 2017, on a eu une mini canicule (mini, car elle n’a pas duré assez longtemps pour qu’on s’en lasse ! 🙂 ), ça n’a pas impacté les poules.

Mais à partir de mi-juillet, le taux de ponte s’est littéralement EFFONDRé en un week-end ! De 500 oeufs par jour, je suis passée à… 100 !!! La cata !

Le taux de ponte n’était déjà pas merveilleux, mais j’arrivais à satisfaire toutes mes commandes, là… c’était impossible. Heureusement, au mois d’août, tout le monde part en vacances et je tourne au ralenti. Comme je ne suis pas dans une zone touristique, la demande est faible jusqu’à la mi-août environ. J’ai réussi à gérer jusqu’à fin août à peu près, mais depuis la rentrée, je ne fais plus face et j’ai dû me résoudre à réduire mes livraisons. 🙁

Qu’est-ce qui a bien causé une chute de ponte aussi catastrophique ?

Hypothèse 1 – le renard
J’ai d’abord pensé à une attaque de renard. En effet, en inspectant le grillage, j’ai trouvé des trous correspondant à la taille d’un renard. L’hypothèse est plausible. Mais généralement, il laisse des plumes derrière lui. La pauvre poule capturée perd des plumes sur tout le trajet emprunté par le renard. Et là… rien ! Pas une plumette ! Même dans le trou du grillage, je retrouve assez souvent des petites plumes coincées dans les mailles du grillage. Mais cette fois-ci, rien du tout.
Et puis, les poules se remettent généralement rapidement d’une attaque de renard. En une semaine, la ponte aurait dû revenir à son niveau précédent.

Hypothèse 2 – l’alimentation
Quand il y a une perturbation sur la ponte, c’est le facteur n°1 ! Or, là, je n’ai pas modifié mon alimentation, ni en quantité, ni en qualité. J’ai bien eu un retard de livraison, mais d’une demi-journée seulement. Pas de quoi les perturber. En plus, le retard a eu lieu 5 jours après la chute de ponte. On ne peut pas dire que ce soit ça qui l’ait provoqué.
En plus, en cas de problème d’aliment, la ponte aurait dû reprendre normalement au bout de 3 semaines.

Hypothèse 3 – le changement de soigneur
Alors là, j’y ai pensé, car ce n’est pas moi qui me suis occupée des poules ce week-end là, mais l’hypothèse ne tient pas. J’avais déjà changé de soigneur le week-end précédent, sans impact sur la ponte.
Et j’ai déjà eu des stagiaires qui s’occupaient des poules pendant une semaine, ça n’a jamais perturbé les poules. Hypothèse éliminée.

Poule en train de muer

Hypothèse 4 – la mue
Les poules perdent leurs plumes, puis celles-ci repoussent. Pendant la repousse, l’énergie des poules est dédiée à créer de nouvelles plumes et non à pondre. Donc pendant ce temps, pas d’oeufs ! Ce processus prend…. 2 mois !!!
C’est l’hypothèse la plus plausible. J’ai trouvé énormément de plumes par terre fin juillet. Mais vraiment beaucoup ! Je n’avais jamais connu ça avec mes autres lots de poule.
J’avais pas mal de poules un peu déplumées avant la mue, et début août j’ai eu beaucoup de poules avec des plumes en cours de repousse.

Ci-contre une photo qui montre une poule dont les plumes repoussent. Elle ressemble à un porc-épic ! 🙂

 

Aujourd’hui, début octobre, la ponte est remontée un peu, mais le niveau reste très faible par rapport au nombre de poules dans le poulailler. Elles sont très belles avec de jolies plumes toutes neuves, en bonne santé, vigoureuses et bien actives, mais elles pondent très peu. Environ 35% de ponte à ce jour, c’est très faible. Habituellement à cet âge-là (75 semaines), je suis encore à 60% de ponte environ.
Je n’ai pas vraiment de solution pour augmenter la ponte. Comme elles sont en bonne santé, je ne peux pas les soigner. Elles n’ont pas de parasites, ni poux, ni vers. Elles se portent bien.
Les 2 mois après la mue sont passés, j’espère maintenant que la ponte va reprendre. Mais elles vont être réformées fin novembre au plus tard. Je vais essayer d’en vendre le plus possible à des gens qui vont les garder dans leur poulailler, car elles vont sûrement reprendre la ponte très prochainement. Avis aux amateurs ! Si vous voulez sauver des petites poules toutes neuves, contactez-moi !

Partagez cet article

Une réponse à “Un été difficile”

  1. Aurélie

    Bonjour Pascaline, on s’est rencontrée au CNPR.
    Nous avons quelques poules (une dizaine) et il nous est arrivé la même chose il y a 3 an,s la première année où l’on a eu des poules. C’était aussi au mois d’août, 1 mois avec une baisse radicale de la ponte (divisée par 5) du jour au lendemain et c’est reparti. On a attribué ça à la chaleur. Ca ne s’est pas reproduit depuis mais on a changé d’aliment depuis alors…

    Répondre

Laisser une réponse